AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Le forum reprend du service !
Nous aurons bien besoin de vous pour le faire tourner à nouveau.

Un évent est en cours de préparation. Si je vous dis "magie" ...?

Un recensement est en cours pour les anciens :
ici
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Première nuit dehors [PV Kensaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mar 17 Aoû - 17:54

Mal au crâne … Si mal … Quelque chose appuie contre mes tempes... Appuie si fort … Il faut ouvrir les yeux … Voir ce que c'est … Voir où je suis …
La pression baisse et cette fois ci elle enserre mes bras … Et elle me serre, elle me serre … Je me sens marcher … J'ai mal aux jambes .. Je vais tomber … Je faiblis, je dois m'arrêter … Ouvre les yeux … Je m'ordonne … Mais suis-je vraiment moi? Et qui suis-je, si c'est le cas …?
Si fatiguée, si faible … J'ai mal …
L'effort fut énorme pour ouvrir les yeux, mais j'y parvins … Ce que je découvris me blessa … Qu'importe où j'étais, c'était un désastre … Ceux qui vivaient ici – mais y en avait-il? – je les plaignais …
Ce qui entourait mes bras, c'étaient mes mains, qui essayaient tant bien que mal de me réchauffer. Y'avait il des saisons ici? Même sans neige, on aurait dit l'hiver, il faisait si froid, c'était si sombre … Je distinguais en levant mes yeux comme des reflets bleutés, et derrière … derrière …
Etait-ce un autre monde derrière?? Il fallait le rejoindre !!!
J'essayais de courir mais la force me manquait. Qu'est-ce qui me rendait si vulnérable? J'avais pourtant l'impression d'être en forme aujourd'hui.
Aujourd'hui … Mais qu'avais-je fait aujourd'hui? C'était comme si je me réveillais sans avoir vécu aujourd'hui … Sans avoir vécu auparavant … Pourtant je me voyais avoir déjà vécu, mais ailleurs … Il y avait cette fille aux longs cheveux noirs … Et un homme avec des cheveux noirs aussi …
Pourquoi je me réveille seule? Où sont-ils?
Je ne suis pas du genre à paniquer … Je vais marcher encore un peu pour voir si je suis seule … Marcher … encore … un peu … Malgré la fatigue … Quelle heure est-il? Pourquoi je ne dors pas? Un nouveau coup d'oeil vers le ciel … A l'extérieur il fait noir aussi pas de doute. A l'extérieur tout le monde doit dormir sans se douter de ce qu'il se passe … Enfin je suppose … Sinon, pourquoi n'intervenaient ils pas? Est-ce que personne ne s'était aperçu de ma disparition? Depuis combien de temps étais-je là? Avais-je dormi? Et quel était ce comportement de somnambule...?
Tant de questions sans réponses … Je m'embrouillais. J'avais besoin de sommeil … Mais il faisait trop froid pour dormir … A moins que je ne sois à bout de force …
NON ! Ce n'est pas le cas ! Il faut que je continue à avancer, que je découvre! Y a-t'il d'autres gens ici? Ont-ils besoin d'aide? Je regardais autour à ma gauche, puis à ma droite. A gauche, rien, un mur que je suivais, à droite, il y avait une ruelle, une ruelle sombre. En face, on voyait différentes choses dévastées, sans trop savoir les distinguer les unes des autres. Et derrière …
Je me retournais et un cri sortit de ma bouche. Il y avait une ombre, il y avait quelqu'un...! Je ne réfléchis pas, je pris la ruelle à droite, essayant de courir; je me pris dans ma robe et tombai.
Une robe … portais-je ce genre de vêtements avant? Je veux dire … Elle semblait être d'un style si ancien!
Comme cet homme qui venait vers moi … Qui approchait …
Mon visage reflétait ma terreur. Qui était-il? Je levais sur lui des yeux emplis d'un sentiment étrange, ils semblaient dire « épargne-moi! » ainsi que « tue moi », c'était si contradictoire … J'avais peur de souffrir mais je voulais savoir. Je regardais l'homme aux cheveux noirs avancer et, dans un souffle inaudible, murmurai :


- On se connaitrait ...?

[J'espère que ça ira. Petit clin d'oeil à Sweeney Todd !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mer 18 Aoû - 20:25

Cela faisait maintenant une bonne dizaine de minutes que Kensaku suivait Mlle Omamori. Il se cachait pour ne pas être repéré mais voulait savoir ou elle pouvait bien se rendre à une heure pareille de la nuit, elle qui ne sortait jamais... De plus, son regard vide et sa démarche nonchalante ne le rassuraient pas, il y avait quelque chose d'anormal.
Les rues était heureusement désertes. Enfin... Heureusement était une expression car Kensa' aurait bien aimé croiser un ou deux habitants pour se divertir entre deux pas.
Suzuran marchait droit, ne s'embarrassant pas de se demander s'il fallait tourner à gauche ou à droite à tel ou tel carrefour. Puis elle s'arrêta d'un coup au milieu de la rue dévastée.
Après une minutes passée dans l'ombre à l'observer en silence, Kensaku sorti de sa cachette pour s'approcher de la jeune Créatrice. Elle ne sembla pas l'entendre approcher et ne lui prêta pas attention lorsqu'il la contourna pour se place face à elle.
Son regard était toujours effroyablement vide, à croire que toute conscience avait quitté ce corps. Elle ne réagit que lorsqu'il tendit les bras pour toucher ses tempes de ses fines mains chaudes. La Créatrice fermât les yeux, et marmonna quelques mots incompréhensibles. Kensa' lâcha sa tête pour lui saisir les bras lorsqu'elle commença à s'agiter. Lorsque ses yeux s'ouvrir de nouveau, c'était pour exprimer de la peur, de l'effroi et par dessus tout ces yeux n'étaient pas ceux de la Créatrice. L'expression qu'ils dégageaient était tellement différente de celle qu'il connaissait quand il côtoyait l'impitoyable Créatrice qu'il avait l'impression d'avoir une toute autre personne en face de lui.
Elle ne semblait même pas le reconnaitre et elle se mit en marche, regardant avec envie la membrane de la bulle entourant la ville, le souffle accéléré par l'angoisse. Mais que pouvait-il bien se passer? C'était assurément Mlle Omamori mais ce corps semblait habité une autre personne.
Elle s'arrêta à un carrefour, observant les choix qui se dressaient devant elle. C'est lorsqu'elle se retourna vers Kensa' qu'elle se remit à paniquer. A peine avait-il fait quelques pas que la jeune fille trébuchait et tombait à la renverse.
L'esprit vif, Kensaku ne mit qu'une fraction de seconde pour comprendre ce qu'il se passait et échafauda un plan plus vite qu'il n'en faut pour le dire.
Il continua de se rapprocher de la jeune fille, toujours à terre. Cette dernière leva les yeux vers le jeune homme, des yeux exprimant tout la terreur qui emplissait son âme.


- On se connaitrait ...?

La phrase fût presque inaudible.
C'était une certitude, ce n'était plus celle qu'il suivait avec ferveur. Du moins, pas pour le moment. En tant que Bras Droit, il était de son devoir de veiller sur Mlle Omamori, l'une des grandes Créatrices. Même si ce n'était pas elle qui habitait ce corps pour le moment, il se devait de la protéger et de trouver un moyen de faire revenir celle qu'il servait de toute son âme. Pour cela, il était entrain de faire ce qu'il pensait ne jamais avoir à faire. C'était contre tout ce que ses parents lui avaient enseigné, et pourtant... Il utilisait son pouvoir sur la Créatrice, camouflant ses traits.


- Tu m'as peut-être déjà aperçu, en général je te suis dans l'ombre sans que tu ne puisses me remarquer. Je suis... Ton ange gardien. Je te sentais en détresse, voilà pourquoi je viens à toi maintenant.


_________________


Dernière édition par Kensaku Miura le Jeu 19 Aoû - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Jeu 19 Aoû - 18:16

Je regardais l'homme intensément, je m'étais plongée dans ses yeux, mais vint un moment où les miens me piquèrent - étaient ce des larmes...? Quoi qu'il en soit je dus cligner des paupières et cela me permit une vue d'ensemble de la personne que j'avais devant moi. Ses longues ailes blanches me surprirent premièrement ... mais cela ne dura pas longtemps. A quoi pouvais-je ne pas croire alors que je me retrouvais dans un monde ... Si différent du mien?

- Tu m'as peut-être déjà aperçu, en général je te suis dans l'ombre sans que tu ne puisses me remarquer. Je suis... Ton ange gardien. Je te sentais en détresse, voilà pourquoi je viens à toi maintenant.

Mon Ange gardien ... en plus. Je souris.

- Bien ... Je ... Je suppose que je n'ai pas besoin de te donner mon nom puisque tu ... es ...

Le problème était que je ne connaissais pas mon nom ... S'il l'avait voulu, je n'aurai su quoi lui répondre .... J'avais un souvenir ... "Ran" ...? Etait-ce comme cela que je m'appelais? Ca suffirait amplement ... J'avais toute une identité à retrouver ...

- Dis moi ... Qu'est-ce que ... c'est, que ce monde, exactement?

Et cela devait commencer par une meilleure connaissance de ce monde. Comment m'étais retrouvée là …?

- Je … je continue d'avancer si tu ...

Je poussai un soupir. Etais-je toujours ainsi? Si indécise, si … pathétique? Je n'arrivais pas à prendre confiance en moi, je me sentais si … différente … Mais différente de quoi? D'un passé? Dont je me souviendrais? Ce n'était pas le cas pour le moment … Je me remis à marcher, me demandant si mon Ange gardien me suivait, mais je ne me retournais pas. Qu'avais-je peur de voir – ou pas? M'étais-je fait à cette présence? Est-ce que cette chimère me … rassurait?

- Tu es une idiote, Ran …

Je continuais mon chemin. S'il me suivait, il devait me répondre … Non? Je me retournais brusquement et me retrouvais face à lui, j'en fus presque décontenancée.

- Et toi, qui … es tu? Ton … ton nom, je veux dire. Euh ...

Ma bouche s'ouvrait et se fermait, par intermittence, en même temps que mon corps, ne parvenant pas à se décider, essayait de partir vers la droite, vers la gauche.

- Cette ville … c'est l'enfer … C'est si pesant ... si froid ...

Je grelottai de nouveau et posai mes mains sur mes bras. Cette sensation me rappela celle d'il y a quelques secondes. C'était donc lui qui m'avait touchée? Il était là depuis tant de temps et je ne l'avais pas vu? Mais qu'est-ce qui m'arrivait … bon sang?

Je soupirai de nouveau et regardai le sol, puis me tournai et me remis à marcher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Jeu 19 Aoû - 19:12

- Bien ... Je ... Je suppose que je n'ai pas besoin de te donner mon nom puisque tu ... es ...

Kensaku était rassuré, il ne savait ce qu'il lui aurait répondu si elle lui avait demandé de lui dire son nom... Aurait-il menti? Inventé une nouvelle identité à celle qu'il servait?

- Dis moi ... Qu'est-ce que ... c'est, que ce monde, exactement?

Comme il le supposait, elle avait perdu tout ses souvenirs, tout du moins étaient-ils en sommeil. Devait-il alors tout lui révéler? De toute manière elle l'apprendrait tôt ou tard de la bouche d'un de ces habitants.


- Tu te trouves dans la Torment Town, ville gouvernée par les deux Créatrices. Je ne te conseille pas de croiser leur chemin si tu tiens à la vie, je peux te protéger mais je ne ferais pas le poids face à elle et tu mourrais rapidement... Ou non.


Il fallait doser le débit d'information qu'il lui donnait, la choquer ne servirait à rien si ce n'est qu'à perdre du temps inutilement. La Créatrice entreprit de se relever, non sans quelques hésitations et peines. Lorsqu'elle fut de nouveau sur ses pieds, elle tourna les talons et commença à avancer de nouveau.

- Je … je continue d'avancer si tu ...

Kensaku la suivit en silence, elle s'avançait vers les parois de la ville, ne sachant pas que ces dernières étaient infranchissable dans ce sens. Pourtant il préférait marcher plutôt que de discuter sur place, immobile comme deux statues au milieu des ruines. Il l'avertirait du danger lorsqu'elle serait trop proche des parois, si elle arrivait à aller jusqu'à elles.

- Tu es une idiote, Ran …

Kensaku, qui regardait ses pieds tout en marchant releva la tête et fixa le jeune fille avec angoisse. Elle s'était appelé Ran ! Elle se souvenait donc de son nom. Son amnésie était-elle passagère? Retrouvait-elle déjà petit à petit la mémoire? Kensaku jouait à un jeu dangereux, si sa maitresse venait à savoir qu'il lui mentait de la sorte, ce serait surement le dernier jeu auquel il aurait l'occasion de jouer!
Ran se retourna brusquement, le regard inquiet, surprise de le voir derrière elle.


- Et toi, qui … es tu? Ton … ton nom, je veux dire. Euh ...

Évidemment, il n'avait pas prévu de pseudonyme. Il ne pouvait lui donner sa vraie identité car elle serait vite au courant de ses faits et gestes avec les habitants qui racontaient ses petits jeu à qui voulait l'entendre. Il fallait se décider et vite!

- Cette ville … c'est l'enfer … C'est si pesant ... si froid ...

De la pitié. Lui qui n'en avait jamais eu auparavant, il en éprouvait aujourd'hui pour sa maitresse. Être réduite au rang de simple humaine alors que son trône l'attendait à quelques rues de là... Plus impensable, était-ce de l'inquiétude qui serrait son cœur? Avait-il un certain... attachement... envers celle qu'il servait? Non, les liens d'amitié étaient réservés aux faibles, il ne pouvait pas être plié à de telles sentiments, lui! ... Et pourtant...

- Mon nom est Haziel...

La jeune fille soupira et regarda le sol en reprenant sa marche lente. Il jouait vraiment avec le feu, il pouvait perdre le contrôle de la situation en quelques secondes a peine si sa maitresse retrouvait la mémoire. Et il ne pouvait supporter l'idée de la faire souffrir davantage avec cette marche inutile, elle ne récolterait que quelques horreurs de plus à graver dans sa mémoire en arrivant auprès de la paroi.

- Je préfère te prévenir tout de suite, il est inutile de continuer. La paroi que tu vois est infranchissable. Nombreux sont ceux qui ont tenté de le faire et aucun n'en est revenu vivant. Il serait préférable de trouver un endroit ou se poser pour que tu puisses te réchauffer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Jeu 19 Aoû - 20:29

- Tu te trouves dans la Torment Town, ville gouvernée par les deux Créatrices. Je ne te conseille pas de croiser leur chemin si tu tiens à la vie, je peux te protéger mais je ne ferais pas le poids face à elle et tu mourrais rapidement... Ou non.

J'avais eu sa réponse … mais je ne me sentais pas mieux pour autant. C'était pire que ce que j'avais pu imaginer, bien pire ... Surtout la fin de se phrase ... Le contraire d'une mort rapide ... une mort lente ... douloureuse ... et par quels moyens ... Je n'osais même pas y penser et je frissonnai, encore une fois ... Mais qu'était-ce que ce monde où ces deux Créatrices faisaient la loi??? Comment pouvaient-elles avoir droit de vie ou de mort sur tout le monde ici???

- C'est inadmissible ....

C'était encore un murmure ... Puisque je ne savais faire que ça ....

- Mon nom est Haziel, finit il par murmurer alors que je soupirais.

« Haziel » … Ca ne me disait rien, strictement rien … Ce n'était pas quelque chose que j'avais inventé, c'était impossible … Il était donc réel … Enfin … Oui, tout devait être possible ici …

Je regardais partout, autour de moi. Aucun bâtiment n'était encore debout. Que des ruines, des ruines et … et du sang, apparemment … Je portais ma main à ma bouche pour m'empêcher de vomir, mais j'eus un haut le coeur tout de même. Tout cela … ajouté à l'odeur … C'était horrible … Je n'avais pas senti cela auparavant car je devais être encore trop … endormie … Mais maintenant c'était immanquable ….


- Je préfère te prévenir tout de suite, il est inutile de continuer. La paroi que tu vois est infranchissable. Nombreux sont ceux qui ont tenté de le faire et aucun n'en est revenu vivant. Il serait préférable de trouver un endroit ou se poser pour que tu puisses te réchauffer.

De ses paroles, une seule chose me restait … « Aucun n'en est revenu vivant » … Alors certains avaient essayé … Parce qu'ici c'était invivable …

- Haziel …

Je m'étais tournée vers lui et une larme coulait sur mes joues. Mes yeux étaient embrumés, il m'était impossible de voir clair. Avais-je déjà réagi autant au quart de tour?

- Il n'y a rien à faire pour eux ...? Pour ceux qui restent …? Pour nous? Pour … pour arrêter ce massacre …?

J'étais prête à risquer ma vie pour sauver certains de ces habitants.

- Je … je veux continuer.

Je me détournais de lui et séchais mes yeux, d'un pas décidé je me remis à avancer.

- Je veux savoir si il y a quelqu'un à aider. Je veux … je veux me rendre utile. Je … je … je n'accepterai pas … de rester … à rien faire.

Ma voix était saccadée, je pleurais de nouveau.

- Si tu veux être du voyage … tu es le bienvenu. Sinon … tu ne m'es d'aucune utilité et ne mérite pas ce … « grade » d'Ange gardien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Ven 20 Aoû - 15:03

- Haziel …

La jeune fille blonde s'était retournée vers lui en répétant son nom. Une larme longea sa joue pour atterrir à ses pieds. Elle portait en elle tellement de tristesse, tant d'empathie que ses yeux laissaient s'échapper quelques gouttes d'elle même.

- Il n'y a rien à faire pour eux ...? Pour ceux qui restent …? Pour nous? Pour … pour arrêter ce massacre …? Je … je veux continuer.

Il ne la reconnaissait plus. Comment celle qui avait créé ce monde pouvait être aussi... humaine? Qu'arrivait-il à celle qu'il servait tous les jours, qu'il avait l'habitude de voir avec un regard rageur et sans pitié?
La Créatrice se retourna et continua à avancer, d'un pas plus sûr que les fois précédente. Une démarche qui lui était plus commune.


- Je veux savoir si il y a quelqu'un à aider. Je veux … je veux me rendre utile. Je … je … je n'accepterai pas … de rester … à rien faire.

Cependant l'image de détermination qu'elle affichait une seconde plus tôt s'effondra presque immédiatement. Elle devait être encore trop faible, abasourdie par la découverte de ce massacre.

- Si tu veux être du voyage … tu es le bienvenu. Sinon … tu ne m'es d'aucune utilité et ne mérite pas ce … « grade » d'Ange gardien.

- Je suis fait pour te protéger, la question ne se pose donc pas. Cependant, il est de mon devoir de te conseiller de ne rien tenter. Tu tiens à peine debout alors imaginer pouvoir changer les choses...

Il s'arrêta de parler. Il venait de se rendre compte qu'il tutoyait sa maitresse. Jamais il n'avait osé manquer de respect à cette dernière et s'était toujours adressé à elle en employant la seconde personne du pluriel. Avait-il senti instinctivement que ce n'était plus à la Créatrice à qui il s'adressait mais simplement à ... Ran?
Pourtant l'aider lui était venu comme une évidence, ne remettant même pas en cause le fait de devoir se dresser inévitablement contre les Créatrices. C'était une situation bien compliquée...
Même si il avait pris un certain goût pour le combat et pour le crime, il n'était pas éduqué spécialement pour servir des tyrans. Certes son ancêtre avait eut la vision des Deux, cependant sa famille n'avait jamais pris part en matière de bien ou de mal.
A vrai dire il ne s'était jamais vraiment posé de questions à ce sujet, était-il mauvais? Non, il ne faisait qu'obéir aux ordres, il était né pour cela et mourrait sans doutes pour servir cette cause...


- Je... Je suis la pour te protéger, rien de plus. Ne vois pas en moi le sauveur de tout un peuple.

Pour la première fois depuis qu'il était ici, il avait hésité. Élevé depuis sa naissance dans le but de servir un jour peut-être les Deux, il n'avait jamais prêté attention à ses envies. Que voulait-il, lui? Et pourquoi se posait-il toutes ces questions maintenant?
Son regard se portait sur la jeune fille. C'était elle. Elle était l'élément déclencheur. Elle n'aurait jamais du sortir de l'immeuble des Créatrices. Tout se passait bien avant ce soir, tout était simple. C'était la première fois que son avenir était flou... Un malaise naquit entre ses côtes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Ven 20 Aoû - 17:17

Je continuais d'avancer, même si j'étais faible. Je pensais à quelque chose que je n'allais pas tarder à lui faire partager … Mais il parla.

- Je suis fait pour te protéger, la question ne se pose donc pas. Cependant, il est de mon devoir de te conseiller de ne rien tenter. Tu tiens à peine debout alors imaginer pouvoir changer les choses...

Je me tus; son hésitation m'y poussait. Il allait dire autre chose, je n'allais pas le couper en si bon chemin …

- Je... Je suis la pour te protéger, rien de plus. Ne vois pas en moi le sauveur de tout un peuple.

Prenant un peu d'assurance parce qu'il semblait en perdre, je lui répondis :

-Si tu es là pour me protéger, alors aucune raison de m'empêcher d'aller où que ce soit. A moins que …

Je lançais un coup d'oeil vers lui sans m'arrêter, c'était un regard provocateur, « douteux ».

-A moins que tu ne sois pas assez fort pour me protéger? Suggérais-je.

Je n'attendais pas de réaction, qui ne pourrait qu'être mauvaise, c'était toujours ainsi lorsqu'on touchait l'égo des gens, humains comme Ange je supposais, aussi, je repris :


-Et puis tu sais, je n'ai pas qu'une nuit pour changer les choses. J'aurai chaque instant jusqu'à ma mort, ou jusqu'à ce que nous sortions, pour monter les asservis contre ces deux impitoyables Créatrices.

Je faillis trébucher, mais me rattrapais.

-Je semble peut être faible mais mon moral est d'acier, Haziel. J'ai l'impression que je peux changer le monde.

J'étais arrivée à une nouvelle intersection. Je levais les yeux vers la bulle et suivis son axe : elle descendait vers la droite.

Sur ce chemin, l'odeur répugnante semblait plus forte : je portais ma manche contre mes narines et continuais ma marche.

Enfin, mon Ange gardien et moi parvînmes à l'endroit où le demi cercle se formait. Les corps, le sang n'y manquaient pas. Silencieuse, je ne pus retenir une autre larme et m'approchais d'un corps, auprès duquel je m'agenouillais pour l'examiner. Qu'est-ce qui pouvait tuer les gens ainsi? Etait-ce le contact de cette bulle?

Je m'en approchais, la main tendue. Lorsque celle ci n'était plus qu'à quelques centimètres de mes doigts, je me ravisais brusquement. Comment pouvais-je aider qui que ce soit si je finissais comme eux?


-Tu sais comment … fonctionne cette chose? demandais-je à Haziel.

J'observais le monde qui vivait de l'autre côté de la bulle. Personne ne semblait prêter attention à ce qu'il se passait à l'intérieur. Comme s'ils ne la voyaient pas …

Cette vie … Elle était tentante … Je comprenais pourquoi tant de gens étaient morts en essayant de la rejoindre …

Inconsciemment, je relevais mon bras et m'approchais plus dangereusement de la paroi bleuté de la bulle : je jouais avec le feu …. ou voulais-je tester Haziel? Mais pourquoi … pourquoi ne pouvais plus m'arrêter d'avancer??

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Lun 23 Aoû - 20:23

-Si tu es là pour me protéger, alors aucune raison de m'empêcher d'aller où que ce soit. A moins que … A moins que tu ne sois pas assez fort pour me protéger?

Voilà un assurance qui se rapprochait de celle de sa véritable maitresse. Certes elle n'était toujours pas revenue à la raison, cependant il était heureux de retrouver certains traits de caractère habituels. Le petit regard malicieux qu'elle lui avait jeté n'atteignit pas son but. A l'inverse, il comblait ce sentiment de retrouver celle qu'il connaissait.
Kensaku continuait de suivre la jeune fille, un léger sourire étirant ses fines lèvres.


-Et puis tu sais, je n'ai pas qu'une nuit pour changer les choses. J'aurai chaque instant jusqu'à ma mort, ou jusqu'à ce que nous sortions, pour monter les asservis contre ces deux impitoyables Créatrices.

Après un cout arrêt, elle reprit:

- Je semble peut être faible mais mon moral est d'acier, Haziel. J'ai l'impression que je peux changer le monde.

- A vouloir toucher le soleil Icare s'est brûlé les ailes, attention de ne pas tomber de trop haut. Ce ne sont pas de simples femmes qui se dresseront devant toi. Et honnêtement... Ma présence ne changerait pas grand chose à l'issue de l'affrontement, je serais une simple mouche que ça ne changerait rien.

La Créatrice stoppa ses mouvements, le regard rivé sur la membrane de la bulle. Il ne savait même pas si elle avait prêté la moindre attention à ses paroles. De toute façon il était sûr qu'elle l'aurait ignoré si c'était le cas.
Portant la main au visage, Ran reprit sa marche, les risques qu'elle encourait en ce moment même. Bien sûr Kensaku était la pour la protéger, cependant il préférait ne pas se battre contre ceux qui lui obéissait. Il ne fallait pas y voir là un quelconque respect envers ses hommes, il ne voulait seulement pas prendre le risque de trahir sa "couverture".
S'agenouillant auprès d'un corps inerte depuis trop longtemps, elle versa une autre larme. Bon sang! Elle pleurait pour ceux qu'elle tuait elle même jour après jour. Comment pouvait-elle être si faible.
Sous les yeux de son ange, la jeune fille blonde se releva puis s'approcha de la limite de la ville. Le bras tendu vers l'avant, elle approcha ses doigts encore un peu plus de la parois. A quoi jouait-elle? Les corps qui s'étalaient à ses pieds ne suffisaient donc pas à lui donner une image de ce qui était dangereux en ce monde?
Pourtant elle sembla reprendre conscience avant qu'il n'intervienne et éloigna sa main de l'interdit. Kensa' ferma les yeux avec un imperceptible soupir de soulagement... Il ne savait pas si il aurait été capable de stopper à temps Ran, il avait été trop lent à réagir et qui sait ce qu'il se serait passé si elle avait atteint la limite?
Il est vrai qu'il ne s'était jamais intéressée à la façon dont la paroi tuait ceux qui osaient tenter la traversée. Il s'en voulu légèrement de ne pas avoir pensé à étudier ce phénomène auparavant.
Pourtant, en rouvrant les yeux, Kensa' fût horrifié de constater que la jeune fille avait relevé la main et n'était plus qu'à quelques centimètre de la paroi... De la mort.
Kensaku s'élança vers la jeune fille avec toute la vitesse qu'avait pu lui procurer ses années d'entrainement. Le doigt de la jeune fille fut accueillit par un petit traits de lumière bleue, semblable à un éclair miniature. Les bras du jeune homme enveloppèrent la Créatrice, fauchant son bras avant que la décharge ne soit envoyée et le plaquant contre le son corps.
Emporté par la vitesse de son mouvement, les deux corps continuèrent d'avancer dangereusement vers la paroi. Faisant tourner son corps sur lui même, Kensaku ressenti le contact de la fine membrane. A la fois molle et très résistante, ils s'enfoncèrent dans la bulle bleue à la manière d'un trampoline. Cependant, ce ne fût pas avec l'action de rebondissement qu'ils furent renvoyé vers la ville, mais a cause de la décharge qui se propagea dans le corps de Kensaku. Ils atterrirent quelques mètres plus loin, roulants sur eux même avant de s"immobiliser totalement.
Le jeune homme, étendu sur le sol, avait un trou dans sa veste, dans le dos. L'éclair avait pénétré sa chaire, laissant une trace grise sur sa peau. Pourtant la décharge n'avait pas soufflé l'étincelle de vie qui habitait sa carcasse. Mettant un bras à terre, il tenta de se concentrer sur son pouvoir, mettant de côté la douleur. Il ne fallait pas que sa maitresse voit son vrai visage, il en allait de sa vie et de celle de la Créatrice.

C'est ainsi que lorsque la jeune fille se redressa, elle ne vit qu'un ange aux ailes brûlées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mar 24 Aoû - 11:26

Cette chose … Elle m'attirait … alors qu'à l'intérieur de moi … quelqu'un …? criait … C'était ma voix … Bien plus assurée que moi … Injonctive … « Dégage de là !!! » Mais je ne pouvais rien y faire …! J'étais sous une autre emprise que la mienne ! Je n'arrivais pas … Je n'arrivais pas à … AIE! Une décharge au bout de mon doigt … Et celui-ci qui veut toujours avancer …

- Ha …

Sors moi de là! Sors moi de là je n'ai pas voulu ça !!! Je te le promets!

Je sens le froid … Il me prend, il me glace … Et un coup dans mon bras me donne l'impression de voler en éclat … Mais mes yeux semblent voir à nouveau … Serait-ce mon Ange, à la rescousse …? Mais qu'ai-je fait … Il va être blessé … Il va être blessé, NON !!! PAS PAR MA FAUTE !!! Je suis emprisonné contre lui, et il se retourne … Il s'enfonce dans la bulle et nous nous retrouvons expulsés … La paroi a brillé d'un flash bleu et je me suis retrouvée aveugle, de nouveau. Une décharge … bien plus puissante que celle qui m'a touchée … Haziel …

Après l'impact du sol … Cet affreux choc … Nous roulons … Égratignant nos corps … J'ai mal .. Si mal … Il faut que cela cesse … QUE CELA CESSE !!!!

Un mur invisible semble nous arrêter … Nouveau choc … Puis nous retombons par terre … C'est fini … Tout cela … C'est fini …

Face contre terre, j'attends ... Quoi donc...? L'emprise qu'Haziel exerçait sur moi se desserre … Ca me fait peur … J'aurai préféré qu'il me broie les os encore … Pour me prouver qu'il avait la force … C'est de ma faute … Parce que je ne l'ai pas écouté …


- Pardon …

Je regroupe toutes mes forces pour me relever … Pour peser un minimum sur lui … Je me tourne vers lui, le regarde …

Il souffre … Il souffre et c'est de ma faute …


- Pardon …

Je retiens mes larmes mais mon visage se tord. Tout est de ma faute …

Ma main va se porter à son visage; je tremble.


- Tout ira bien … Ne t'inquiète pas.

Si je ne peux le soigner … Je peux au moins l'apaiser … Le calmer … Le persuader que cette blessure... n'était pas « si grave » … Tout … tout était das la tête …

- Pardonne-moi … Ca va aller, je vais t'aider …

Oui .. Mais comment?

Je regardais autour de moi mais la vue des corps me donna envie de vomir. Je baissais alors les yeux, le temps de reprendre constance, et vit ma robe. Elle avait été déchirée par notre course … Je pouvais bien en faire des chiffons.

Du peu de forces que j'avais, j'en déchirais le bas. Il faisait encore plus froid … Je frissonnais.

Ma robe arrachée, j'attirais Haziel contre moi et, le tenant comme je le pouvais, je repliais ses ailes, noircies de parts et d'autres par la décharge, puis entreprit de le bander avec le tissus. Le bas de ma robe était si ample que je pus faire 3 fois le tour de son corps, et pour faire tenir le bandage, je déchirais un autre bout.


- Ca va aller, Haziel, répétais-je...

Je m'en voulais tellement … tellement que je ne l'avais pas lâché ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mer 25 Aoû - 10:00

Douleur.
C'était ce qui emplissait entièrement son corps à ce moment précis. Il n'y avait que douleur. Par miracle il parvenait à concentrer son pouvoir pour ne pas découvrir son vrai visage... Pourtant cela l'épuisait. L'éclair de la paroi l'avait presque totalement vidé de son énergie, il avait sauté sur sa protégée sans se soucier des dommages que pouvait subir son propre corps. Il n'y avait pas à dire, son entrainement d'une vie avait payé, il serait probablement mort à l'heure actuelle, rejoignant les cadavres en décomposition qui l'entouraient.


- Pardonne-moi … Ca va aller, je vais t'aider …

Une déchirure, quelques mots qui parviennent à ses oreilles. Une voix douce, inquiète. Après quelques secondes il reconnut celle de Ran. Il avait risqué sa vie pour elle. Il ne regrettait pas de l'avoir fait, pourtant il se demandait ou s'arrêtait sa dévotion, une dévotion sans véritable raison. Ses ancêtres s'étaient chargé de servir les deux Créatrices, pourtant rien ne le scellait véritablement à cela. Pourquoi l'avait-il vraiment fait? Par attachement envers la jeune fille? Il n'aurait pas pu le dire, n'ayant jamais véritablement connu le sentiment d'attachement envers une personne. Le peu de lien qu'il avait pu tisser en ce monde s'était envolé en poussière lorsque ses parents firent de même. Et encore... Ces liens relevaient plus du respect que de l'attachement émotionnel...

- Ca va aller, Haziel.

Elle s'inquiétait pour lui, et même si sa maitresse n'était pas vraiment elle même, il en était heureux. Il se sentait épaulé, aidé. C'était la première fois que quelqu'un pouvait s'inquiéter pour lui, que quelqu'un prenait un peu du poids qu'il avait sur les épaules pour l'alléger et le soulager. Depuis sa naissance, il n'avait jamais eu aucune marque d'affection et il est bien connu que ce que nous ne connaissons pas ne nous manque pas, il ne se plaignit donc jamais de cela. Prenant son souffle, il prit appui sur ses coudes pour se redresser un peu. Ce simple geste lui demandait tellement d'effort qu'il cru un moment que la mort serait le meilleur moyen de se sortir de cette prison qu'était devenu son propre corps. La volonté ne manquait pourtant pas, Kensaku avait toujours eu un moral et un esprit à toute épreuve.

- Je... Ce n'est... Rien... J'ai simplement besoin... d'un peu de temps pour me remettre. Les anges ne sont pas... immortels.

Faisant un effort supplémentaire, il se releva. Le monde semblait trembler sous ses pieds. Il tenait difficilement debout. Plus encore, il redoutait le lendemain. Comment expliquerait-il à Suzuran ce qui l'avait mis dans cet état? Une telle blessure ne pourrait lui être causée que par deux choses, à savoir les Créatrices elles mêmes ou la barrière magique qui entourait la ville. Il était impossible de faire porter le chapeau aux Créatrices, autant moralement que logiquement. Comment pourrait-il expliquer que la paroi lui aurait fait cet effet? Cacher tout simplement sa blessure relèverait du domaine du miracle, Suzuran s'en rendrait immédiatement compte vu son état actuel...

- Je vais aller m'appu...

Un éclair de douleur traversa son dos pour venir heurter son torse alors qu'il tentait de se redresser totalement. La douleur avait été si foudroyante qu'elle lui avait coupé net le souffle.
Il n'était même plus capable de se relever ou de parler sans avoir le souffle coupé. Pitoyable... Voilà ce qu'il était. Incapable de ne serait-ce avancer jusqu'au mur pour s'y appuyer.

_________________


Dernière édition par Kensaku Miura le Ven 27 Aoû - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mer 25 Aoû - 18:10

Haziel exprima le désir de se relever, pas par les mots, mais par les gestes; néanmoins on sentait la difficulté de cette action pour l'Ange. Et c'était … ma faute.

- Je... Ce n'est... Rien... J'ai simplement besoin... d'un peu de temps pour me remettre. Les anges ne sont pas... immortels.

Les humains non plus … et c'était pour me sauver … qu'il s'était autant blessé … Et je ne pouvais rien faire...

Je le regardais se lever, je finis par faire de même.


- Je vais aller m'appu...

Je fronçais les sourcils. Pourquoi s'arrêtait-il? Qu'est-ce que …?

Il souffrait … Mais qu'avais-je fait?? Que quelqu'un me punisse de mon idiotie !!!


- Je vais t'aider! Répétais-je.

Je pris sa main et mis son bras sur mon épaule, puis nous nous mimes à marcher. J'étais si petite que ma présence ou pas n'avait pas vraiment d'importance … Mais j'avais l'impression que … l'impression que … je le portais quand même. Comme si … je contrôlais … la gravité … Comme si …

-clac-

Le son émit par ma langue qui claquait sur mon palais se répercuta en écho dans la ruelle : d'après mon analyse, elle était vide … et se finissait en cul de sac. Ce serait un bon endroit pour se reposer … J'y emmenais Haziel doucement.

Lorsque nous arrivâmes au bout de la rue, je regardais Haziel et l'invitait à s'asseoir.


- Repose-toi … Je vais monter la garde.

Je m'assis à mon tour et posai ma main sur la sienne, puis je laissai ma tête glisser contre le mur. J'étais fatiguée moi aussi … Avais-je un pouvoir? Celui là même qui m'avait permis de transporter Haziel? Je lui jetais un regard rapide. L'atmosphère était plus calme qu'après l'incident, je m'étais battue pour me calmer, j'espérais que ça lui faisait autant de bien qu'à moi...

J'eus un frisson et, voulant me protéger du froid en enserrant mes bras, je me rendis compte que ma main était toujours sur celle d'Haziel. Je l'en retirais et essayais de me réchauffer.

« Et maintenant? » Je haïssais cette question. Je ne savais jamais que faire … J'étais inutile. Si seulement je l'avais écouté... Mais ça ne servait à rien de se lamenter. Je ne pouvais pas remonter le temps. Je pouvais juste laisser Haziel récupérer …

Recroquevillée sur moi même, la tête contre le mur, je me laissais le loisir de fermer les yeux, de réfléchir, en contrôlant toujours de mon claquement de langue par moments. Vint un moment où je ne le fis plus. Où je ne réfléchis plus. Où il n'y eut plus rien.

Je m'éveillais en sursaut. Mon assoupissement n'avait duré que le temps d'un flash … mais j'avais vu quelque chose. Quelque chose de troublant.

Haziel et moi. Dans un bureau. Il me parlait. Et … rien d'autre. Je me tournais vers l'Ange, les yeux dans le vague.


-Dis, Haziel … Toi qui dois me connaître … Dis moi qui je suis.

Il ne servait à rien de lui mentir encore … de lui faire croire que je me souvenais de mon passé … Il pouvait m'aider, lui.

[En explicite : Ran a utilisé son pouvoir de télékinésie pour aider Haziel à se déplacer, et pour le calmer un peu ^^ Et elle a eu un flash de Suzuran & Kensa. Voilà voilà !
PS : je suis devenue une fan de l'écholocation <3]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Sam 28 Aoû - 21:26

- Je vais t'aider!

Ran' avait passé le bras de Kensa' autour de son cou, espérant ainsi l'aider à rejoindre un endroit plus sûr. Portant, la jeune fille était plus petite que Kensaku et son épaule n'était pas vraiment d'une grande aide. Pourtant il avança, encouragé par les paroles de sa maitresse. Parfois il se sentait perdre le contrôle sur son pouvoir, découvrant ainsi son dos tel qu'il était réellement, sans plumes immaculées.
Il reprenait vite son illusion et était soulagé de voir qu'elle ne pouvait pas remarquer ces absences dorsales dans la position ou ils étaient. Si il venait à reperdre le contrôle lorsqu'elle le regardait il serait perdu. Elle ne lui accorderai pas sa confiance et il ne pourrait veiller directement sur elle lorsqu'elle endossait le rôle de Ran la vulnérable.
De plus il avait pensé pouvoir utiliser cette situation pour suivre Ran dans les rues de la ville afin de déterminer la localisation précise du clan de résistance des habitants. Cependant... Que ferait-il de cette information? Si il en profitait, Ran serait happé dans la bataille qui se déroulerait. Tant qu'elle était une simple habitante il ne pouvait rien faire et connaissant les différents pouvoirs de l'élite il préférait que cette information ne soit pas présente dans son cervelet.


-clac-


Ran venait de claquer sa langue contre son palais. Suzuran le faisait également souvent, cependant il n'avait pas encore compris pourquoi elle faisait cela régulièrement. Il poserait sans doute la question un jour ou l'autre, peut-être plus tôt qu'il n'y pensait car Ran avait l'air moins dangereuse que Suzuran, il fallait en profiter.
Enfin ils arrivèrent au bout de la petite rue. Après un rapide coup d'œil il devina qu'ils se situaient dans un cul de sac, ce n'était pas plus mal... Si un quelconque ennemi venait à pointer son nez il ne pouvait le faire que d'une seule direction. De toute façon il ne pourrait pas beaucoup les défendre....
Il se laissa tomber sur le sol, la tête reposée sur contre le mur. Du repos, c'est ce dont il avait besoin en ce moment.


- Repose-toi … Je vais monter la garde.

Ran s'installa à ses côtés, recouvrant la main du jeune homme de la sienne. Sa présence le rassurait, elle n'était pourtant pas d'une grande aide si ils venaient à se faire attaquer pourtant la fine chaleur que dégageait la main de la jeune fille prouvait qu'il avait réussi sa mission, il l'avait protégé, mettant sa propre vie en danger. Ses ancêtres seraient sûrement fiers de lui. Mais il devait résister, continuer de se battre contre la douleur pour pouvoir la défendre encore.

-Dis, Haziel … Toi qui dois me connaître … Dis moi qui je suis.

Kensa rouvrit les yeux. Que devait-il lui dire? Et plus important, cette demande confirmait ce qu'il pensait déjà depuis un moment, elle avait perdu ses souvenirs. Il pouvait néanmoins maintenant être sûr de cette information. Devait-il lui inventer un passé ou prétendre la même insomnie? Prenant quelques secondes de réflexion, il peaufina son choix et referma les yeux en prenant une brève inspiration.

- Tu es Ran. Tu sembles avoir perdu les souvenirs de la vie à l'extérieur de la ville, c'est peut-être mieux comme cela. Je suis certains que beaucoup aimeraient ne pas se souvenir de leur vie avant la bulle, du confort et de la sécurité maintenant envolés. Tu ne penses pas?

C'était une réponse plus que vague, il le concevait, pourtant il n'osait pas vraiment pousser plus loin le mensonge, incertains des capacités de cette nouvelle Suzuran. Il avait décidé de miser sur une réponse vague et aviserait si elle demandait plus de détails, il gagnait du temps pour inventer un passé à la jeune fille.
Il se concentrait également sur sa blessure, la douleur semblait s'apaiser doucement sans raison apparente. Contre toute attente, l'épaule de la jeune fille l'avait bien soutenu durant la courte marche... Retrouvait-elle sans le savoir une partie de ses pouvoirs? La volonté de l'aider pouvait suffire à réveiller ces capacités endormies, même si elle n'en avait pas conscience. Il faydrait donc se méfier, elle pouvait sonder ses pensées à tout moment et découvrir l'illusion qu'étaient ses ailes.
La douleur s'apaisait encore et il était sûr que ce n'était pas un apaisement naturel. Durant sa formation Kensa' avait été blessé de différentes manières et il savait que la douleur restait gravées dans les chaires pour un bon moment, surtout à ce degré de gravité.
Allégé du poids de la douleur, il rouvrit les yeux pour sondait le lieux ou ils se trouvaient. La jeune fille avait choisi le meilleur endroit pour faire une pause, cependant ils n'étaient pas en totale sécurité. Sans ses forces et sans Suzuran, ils se feraient battre par le plus faible des habitants. Tout du moins le supposait-il car il ne savait rien sur les capacités de Ran.


- Je pense que nous devrions nous déplacer à l'intérieur d'une ruine, si un hab... un serviteur des créatrices venait à passer, il ne ferait qu'une bouchée de nous. Pourrais-tu regarder si cette habitation est vide? dit-il en pointant maladroitement du doigt une bâtisse en ruine à leur droite.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Dim 29 Aoû - 20:18

- Tu es Ran. Tu sembles avoir perdu les souvenirs de la vie à l'extérieur de la ville, c'est peut-être mieux comme cela. Je suis certain que beaucoup aimeraient ne pas se souvenir de leur vie avant la bulle, du confort et de la sécurité maintenant envolés. Tu ne penses pas?

Je me mis à réfléchir. Si j'étais d'accord … ou pas … Il était vrai que de la manière dont il le présentait, je ne pouvais qu'être d'accord … et pourtant …

Il me cachait des choses … Quoi? Pensait-il me protéger en faisant cela? Ca … Je n'étais pas d'accord. Il contribuait à ma destruction … Qui étais-je?

Je me mis à m'inventer des passés, tous plus atroces les uns que les autres. Etais-je une fille haïe à l'école, brimée? Mes parents étaient-ils morts, m'avaient-ils abandonnés? Avais-je été battue, pire, violée?

D'autres larmes coulèrent sur mes joues. Etait-ce ça, une vie de confort et de sécurité?


- Je pense que nous devrions nous déplacer à l'intérieur d'une ruine, si un hab... un serviteur des créatrices venait à passer, il ne ferait qu'une bouchée de nous. Pourrais-tu regarder si cette habitation est vide?

D'un revers de manche, je séchai mes yeux et me levai. Ma main glissait sur le mur à mesure que j'avançais vers la porte. Je tendais l'oreille mais n'entendais rien. Je poussais la lourde porte.

-clac-

L'écho me revint de droite; je constatai qu'à gauche un pan de mur s'était effondré, laissant s'engouffrer l'air et passer mon claquement de langue sans me redonner d'écho. Une chose était sure : c'était vide de vie. Une table se dressait contre tout, au milieu de la pièce.

Je retournai chercher Haziel, non sans un pincement au coeur. Pourquoi ce mensonge, ou plutôt, cette omission? Qu'avais-je été, bon sang!?

Je me plantai devant lui et lui tendis la main pour l'aider à se relever, regardant ailleurs.


- Non, je ne pense pas, répondis-je enfin en l'emmenant dans le bâtiment qu'il m'avait demandé d'explorer. Vraiment.

Je l'aidai à s'installer sur la table et m'assit à ses pieds, les jambes balançant dans le vide.

- Je ne pense pas, parce que je ne sais rien de moi. Demande moi mon âge, je serai incapable de te le donner avec certitude. Demande moi ce que je pourrais aimer, je ne sais pas. Je veux savoir le minimum … Je veux être capable de parler … à quelqu'un … de pouvoir dire qui je suis … Je ne connais même pas mon nom de famille !

Je me sentais en colère … Après la tristesse … et surtout, j'étais de plus en plus fatiguée … Mais il fallait que je tienne jusqu'à ce qu'il ait pu se reposer assez pour se relever seul … Se réenvoler … Faire ce qu'il fallait pour qu'il aille mieux … Parce que c'était de ma faute …

Je serrai mes poings et continuais de balancer mes jambes frénétiquement. Ca ne me rappelait rien, mais j'avais cette étrange sensation de « faire quelque chose ». Alors que ce n'était pas du tout le cas bien sur. Je les balançais car j'avais l'impression que cela gardait mes yeux ouverts.


-J'ai besoin d'une réponse, j'ai besoin de savoir …!

De nouveau une perle salée roula sur ma joue, je l'interrompis dans sa course; je ne voulais pas pleurer, je voulais exploser de rage. Mais contre qui? Surement pas contre Haziel. Ce n'était pas de sa faute. C'était … la mienne. La mienne seule.

J'arrêtai de me balancer pour m'allonger sur le flanc, les jambes toujours pendantes, le regard dans le vide et les poings ne desserrant pas.


[Désoléééée je fais de mon mieeuuux u__u"]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Kensaku Miura
Bras Droit de Melle Omamori


avatar

Bras Droit de Melle Omamori

Messages : 36
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 28
Localisation : Non loin de Mlle Omamori ou dans les ruelles sombres, à chercher des proies.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Lun 30 Aoû - 23:25

La jeune fille se leva et se dirigea vers la maison que Kensaku lui indiquait. Profitant de ce court moment de répit, Kensa laissa tomber sa tête contre le mur, relâchant par la même occasion l'illusion qu'il peinait à maintenir. Il fallait qu'il trouve une solution, les évènements s'étaient enchainés trop vite, il n'avait pas correctement réfléchi et s'était enfoncé dans une situation bien compliquée. Le contrôle lui échappait et il n'aimait pas ça...
Il fut tiré de ses pensées en percevant un léger bruit devant lui. Ran se tenait là, la main tendant. Dans un petit moment de panique, il fit réapparaitre ses ailes immaculées. La jeune fille ne dit rien, regardant ailleurs. Il s'en était fallu de peu pour que sa couverture tombe en lambeaux... Il fallait être plus vigilant, aucune faiblesse ne serait tolérée!
Kensa se leva et prit de nouveau appui sur l'épaule de la jeune fille. Elle le guida jusqu'au bâtiment, lui assurant qu'il était vide. Une fois à l'intérieur, ils se posèrent sur une table au milieu de la pièce la plus proche. Allongé à côté de Ran, il tenta de se vider quelque peu l'esprit. Il lui fallait faire le vide pour reprendre son calme et ne pas commettre d'erreurs.


- Je ne pense pas, parce que je ne sais rien de moi. Demande moi mon âge, je serai incapable de te le donner avec certitude. Demande moi ce que je pourrais aimer, je ne sais pas. Je veux savoir le minimum … Je veux être capable de parler … à quelqu'un … de pouvoir dire qui je suis … Je ne connais même pas mon nom de famille !

Ses interrogations étaient fondées et Kensaku comprenait son malaise, sa frustration. Cependant que fallait-il faire? Son rang ne lui permettait pas d'inventer un passé à sa maitresse et il ne savait rien du véritable passé de Suzuran Omamori.

-J'ai besoin d'une réponse, j'ai besoin de savoir …!

Elle attendait clairement de lui une réponse. Après tout, sa précédente réponse laissait effectivement penser qu'il en savait plus qu'il ne voulait l'admettre. Laissant passer quelques secondes, Kensa pesa chaque mots intérieurement, ce qu'il s'apprêtait à dire n'était pas à prendre à la légère... Il allait sceller le passé d'une vie. Si il s'agissait d'une autre personne, il aurait sûrement éprouvé un plaisir malsain à inventer un passé douloureux à sa proie, cependant ce n'était pas n'importe qui. Au delà du respect qu'il éprouvait envers la jeune fille de son statut de serviteur, il avait appris à apprécier la jeune Créatrice, passant beaucoup de temps dans son ombre.

- Ran Karasu. Je ne t'ai pas beaucoup suivi dans ta vie passée, je n'intervenais que lorsque le danger était également présent. Ne me vois pas comme un voyeuriste, nous savons simplement que vous êtes en danger et nous intervenons, le reste du temps je vaque à divers occupations.

Voyant l'air peu satisfait de la jeune fille, Kensaku ajouta dans l'espoir de la réconforter:

- Cependant je peux te dire que je n'ai jamais du intervenir pour de graves situation. Mis à part quelques blessures d'enfant et un ou deux fractures communes à tout enfant qui se respecte, tu as eu la vie que toute personne voudrait avoir, simple et heureuse. Voilà pourquoi je pense que c'est une chance de ne pas se souvenir des détails de confort et de sécurité, ici tu ne les retrouveras jamais.

Se levant, Kensa tenta quelques pas dans la pièce. Son rétablissement était loin d'être complet, cependant il avait déjà était beaucoup plus rapide que la normale. Aux côtés de la jeune fille, il sentait ses forces revenir à une vitesse anormale. Était-ce la un dérivé de son pouvoir ? L'usait-elle de manière consciente ou par la simple envie de vouloir l'aider?
Quoiqu'il en soit, il se sentait prêt à reprendre la route, faisant quelques mouvements de bras pour juger des gestes qu'il pouvait se permettre de faire et de son degré d'efficacité si un combat venait à se déclencher.
Il fallait penser au retour, le soleil se lèverait dans deux heure tout au plus, les nuits étaient assez courtes à cette période de l'année. Si le temps ne s'écoulait pas plus rapidement en dehors de la bulle, ils devaient encore être en été. Il lui restait donc peu de temps pour rejoindre l'immeuble des Créatrices et se reposer un minimum pour dissimuler ses blessures à Saya et différents serviteurs. Il fallait protéger Ran, il savait peu de chose sur Saya, pourtant il savait qu'elle n'apprécierait pas le revirement de situation concernant son amie.
Pourtant il ne pouvait laisser Ran seule dans cette maison abandonnée. Elle ne risquait rien venant des tourmenteurs et des hanteurs car ils connaissaient tous son visage, le seul risque était qu'elle ne comprendrait surement pas pourquoi ils s'agenouilleraient devant elle... Le deuxième ennemi possible résidait dans les habitants, cependant elle se considérait elle même comme tel et elle ne risquait rien à part se faire enrôler dans un groupe quelconque, traitée en tant qu'égale.
Ahhhh!!! Que fallait-il faire ?! La meilleure solution restait d'attendre qu'elle s'endorme tout simplement, à vu d'œil elle ne risquait rien ici et il pourrait s'absenter pendant la journée, quand elle serait occuper à dormir, totalement décalée... Autant mettre ce temps d'attente à profit pour se reposer également, il ne dormait toujours que d'un œil de toute manière et entendrait le danger venir avant qu'il ne franchisse la porte de la maison.
Se dirigeant par désespoir de cause vers la table, il s'allongea péniblement sur un matelas aux ressorts apparents à quelques endroits. Fixant la jeune fille, il attendit une réaction quelconque... Il n'avait plus que cela à faire... Attendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oblood.jimdo.com/
Suzuran Omamori
Créatrice Mystérieuse


avatar

Créatrice Mystérieuse

Messages : 77
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 25
Localisation : Dans mon bureau ... au calme.
MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   Mar 6 Mar - 13:16

Haziel sembla réfléchir longtemps. Très longtemps. Trop longtemps. Pourquoi? Pourquoi tu ne me dis rien? Je ne comprends pas ! Tu es censé me protéger, d'accord, mais sans doute me rassurer aussi non? Alors pourquoi tu ne me dis pas ...

Je l'observe d'un oeil, il est allongé sur la table près de moi, il est faible mais semble un peu mieux, je crois. J'en suis ... un peu rassurée. Mais ... J'attends ... toujours ... Parler ne peut pas lui faire "de mal", alors il n'y a qu'une raison pour laquelle il se tait. Il ...


- Ran Karasu. Je ne t'ai pas beaucoup suivi dans ta vie passée, je n'intervenais que lorsque le danger était également présent. Ne me vois pas comme un voyeuriste, nous savons simplement que vous êtes en danger et nous intervenons, le reste du temps je vaque à divers occupations.

Un Ange gardien ... oui, après avoir vu ce livre, on peut croire à tout ... Alors disons que je te crois, mais finalement, je n'en sais pas plus ...

- Cependant je peux te dire que je n'ai jamais du intervenir pour de graves situation. Mis à part quelques blessures d'enfant et un ou deux fractures communes à tout enfant qui se respecte, tu as eu la vie que toute personne voudrait avoir, simple et heureuse. Voilà pourquoi je pense que c'est une chance de ne pas se souvenir des détails de confort et de sécurité, ici tu ne les retrouveras jamais.

"Simple et heureuse". Tout le contraire d'ici, oui. Ici il faut apparemment se battre pour vivre, pour survivre plutôt. Rien que pour manger, je ne voyais pas qu'est-ce qui pourrait le permettre ici. Un silence de mort. Pas d'oiseaux apparemment. Pas d'animaux? Alors pas de viande? A part celle des hommes morts... J'eus un haut le coeur.

Haziel s'était levé, reprenant peu à peu des forces, je le voyais dans sa façon de se déplacer, dans ses gestes. Il s'approcha d'un vieux matelas à terre et s'y installa. Il ne m'en dirait pas plus. Il disait qu'il n'en savait pas plus. Soit ... d'accord.

Je fermai les yeux, j'avais froid, je commençais à être fatiguée. Première nuit dehors, premier éveil. Je ne comprenais pas ... pourquoi ... j'étais là. Apparemment cet endroit existait depuis un bout de temps, mais moi, c'était la première fois que je me réveillais. Et quel réveil ... trop de choses nouvelles. J'avais tellement envie de partir d'ici ... mais il avait dit ... que c'était impossible ...

Il l'avait prouvé, et avait été blessé par ma faute ...

Je fermai les yeux et je me mis à pleurer à nouveau. J'étais fatiguée et en colère de ne rien savoir, ça faisait trop d'un coup, je ne savais plus quoi faire. Je voulais aider les gens et je l'avais fait avec Haziel mais c'était ma faute si il était dans cet était ... Je ne voulais pas que d'autres vie soient en danger par ma faute. J'aurais été capable de mettre la mienne en danger pour en sauver d'autres. Après tout, la vie d'une amnésique, contre celle de quelqu'un qui se bat chaque jour, pour sortir d'ici ...

Qui se battait? Qui étaient-ils? Comment survivaient ils? S'organisaient-ils? C'était du suicide selon Haziel. Les Créatrices semblaient trop fortes ...

Trop ... de ... questions ... Même si je suis perturbée ... je me sens m'endormir ... Haziel ... je compte sur toi ... pour veiller sur moi ... encore ... Je compte continuer ... me réveiller dès que je serais moins fatiguée et reprendre cette lutte... Trouver des gens qui, avec moi, comme moi, combattraient ces tyrans ...

Je n'ai pas de passé. Je n'ai pas d'avenir. Autant avoir un présent.


~

Quelques minutes, pas plus, avant que le corps de Suzuran Omamori ne se soulève.

-clac-

Tout est calme. Rien ne bouge. L'impératrice peut se déplacer, les yeux fermés. Elle touche le sol, se met à marcher, entend ses pas, inconsciente. Elle marche en claquant sa langue contre son palais, elle se localise comme ça. Etonnemment, elle sait où elle va.

[Un RP de fini pour un nouveau départ ! Tihi =D]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://torment-town.1fr1.net
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Première nuit dehors [PV Kensaku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première nuit dehors [PV Kensaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Torment Town :: Le centre ville :: Centre ville-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit